LES JANSSENS-BOUVIN

Les Janssens-Bouvin issus des Janssens (Langdorp ten Savel, Bunsbeek) famille souche de l’ancien comté d’Aerschot sont titulaires des armoiries claniques qu’ils soient porteurs du nom ou pas et peuvent faire usage des armoiries suivantes :

 D’azur à un lys d’or au pied patté chargé d’une quintefeuille de gueules. L’écu suspendu par une courroie de gueules à un heaume de tournoi germanique de type renaissance taré de face aux lambrequins et bourrelet aux couleurs de l’écu. Cimier : une fleur de lys d’or au pied patté chargé d’une quintefeuille de gueules.  

La fleur de lys d’or au pied patté (qui est Aarschot), chargé d’une quintefeuille de gueules (qui est Arenberg aux émaux inversés), est repris au blason de l’ancien Duché d’Aarschot, la quintefeuille (fleur de néflier) à celui de Langdorp (qui est Arenberg) mais avec les émaux inversés. La famille est, en effet, issue des familles souches de Langdorp (Savel), village de l’ancien Duché d’Aarschot, et apparaît déjà dans les recensements de 1525 et de 1575.

La combinaison du lys au pied patté et de la quintefeuille a été enregistrée auprès de l’Office Généalogique et Héraldique de Belgique comme armes du « Banquet des Janssens-Bouvin » dont les Janssens-Bertrand sont les aînés de la quatrième branche (confer recueil OGHB n° 50).

Ce cimier peut donc être porté sur les armoiries de tous les descendants masculins et féminins, porteur du nom ou pas, de Jozef (Josephus) ou Joseph Hubertus, fils de Jacques Adrien et de BOLLEN Maria Catherina, né à Bunsbeek, le 5 juillet 1859, décédé à Sint Margriete Houthem le 22 janvier 1931, et de BOUVIN Philippina (02X), née à Hoeleden le samedi 29 janvier 1859 et décédée à Sint Margriete Houthem le 18 février 1930.

Les JANSSENS-BERTRAND, aînés de la quatrème branche.

Les armes de la famille Janssens-Bertrand (Aiseau) ou Janssens (Langdorp den Savel, Bunsbeek, Aiseau) sont composées d’un lion et d’un rameau. Elles se décrivent comme suit : Un écu d’azur à un lion léopardé, armé et lampassé de gueules, accompagné ou soutenu en pointe d’un rameau fruité d’olivier, l'un et l'autre d'or. Le rameau soutenant le lion mouvait, à l’origine, de dextre à senestre, et fut pour son entrée au Carnet Mondain dessiné de senestre à dextre et ainsi reprise dans l'armorial de l'Association royale offce généalogique et héraldique de Belgique.

Le lion, par sa signification christologique médiévale évoque la racine latine du nom de famille Jans(sens), qui est Johannes (fils de Dieu), tandis que le rameau évoque la pérennité de la concorde familiale. L’émail du champ peut-être considéré comme un rappel de celui de la commune d'Aiseau dont les armes sont d'azur semé de lys d'argent, dont cinq complets.

"Dans les bestiaires médiévaux, il évoque (en parlant du lion), d'une manière assez banale, la force, le courage, la générosité, vertus auxquelles s'ajoutent une signification religieuse (Dieu le père) ou plus spécialement christologique, due à ce qu'il a le pouvoir prétendu de ressusciter de son souffle ses petits morts nés 49". Traité d'Héraldique, Michel Pastoureau, PICARD, 1979, page 136, 2 Les quadrupèdes, a) Le lion. La référence 49 du texte dito : "49. Voici par exemple ce que rapporte Hugues de Saint-Victor dans son De Bestiis : "Cum leaena parit, suos catulos mortuos parit, et ita custodit tribus diebus, donec veniens pater eorum in faciem eorum exhalet ut vivificentur. Sic omnipotens Pater Dominus nostrum Jesum Christum, filium suum, tertia die suscitavit a mortuis" (éd. J.-P. MIGNE, Patrologia latina, tome CLXXVII, livre II, chap. I, col. 57). - Mais c'est l'assimilation du lion au Christ qui est la plus répendue dans les bestiaires romans. Philippe de Thaon, par exemple, écrit : "Le lion signifie/Le dilz saincte Marie/Roi est de toute gent/Sans nul redoutement" (Ed. E.WALBERG, Lund et Paris, 1900, vers 47-50".

Dévolution : la descendance éponyme de Josef JANSSENS et de BERTRAND Charlotte

L’écu des armoiries a été reconnu par l’Office Généalogique et Héraldique de Belgique en 1980 (confer recueil OGHB n° 50). Il a fait également  l’objet d’un dépôt au Bureau Bénélux des Marques le 9.12.1983, sous le numéro 049067/02 06 1983, 11,00, et est repris au Carnet Mondain depuis 1995. Lors de l’enregistrement des armoiries suivant les prescrits du Décret du 12 mai 2004 modifié le 30 avril 2009 et l’Arrêté du Gouvernement de la Communauté frabçaise du 14 octobre 2010 portant exécution du décret, les armes ont officiellement confirmées et publiées. L'arrêté d'enregistrement a été signé par la Ministre le 15 avril 2015, les armoiries ont été publiées au Moniteur belge le 28 mai 2015, 2015029235, et le diplôme d'armoiries signé et remis en date du 10.10.2016.

Les armoiries complètes se lisent comme suite :

Un écu d’azur à un lion passabt, armé et lampassé de gueules, accompagné en pointe d’un rameau fruité d’olivier, l'un et l'autre d'or. L’écu surmonté d’un heaume d’argent grillé et colleté, doublé et attaché de gueules, aux bourrelet et lambrequins d’azur et d’or. Cimier : une fleur de lys d’or au pied patté chargée d’une quintefeuille de gueules.  Devise : sur un listel d'azur en lettres d'or « Fovendi Laboris et Aequitas » (en faveur du travail et de l’équité ou maintien du travail et de l’équité).

Si la coutume des brisures n’est plus officiellement en usage en Belgique, les JANSSENS-BERTRAND utilisent toujours cette faculté héraldique à travers les cimiers pour des raisons de clarté et de manière à pouvoir les personnaliser.

Armorial des Janssens-Bertrand : JANSSENS-BERTRAND A

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123website.be
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

28.11 | 11:43
JANSSENS-BOUVIN a reçu 1
25.11 | 23:53
DVS CITOYEN ACTIF a reçu 3
23.11 | 05:21
FORMATEUR a reçu 3
19.11 | 16:55
BCI a reçu 3
Vous aimez cette page
Bonjour !
Créez votre site web tout comme moi! C'est facile et vous pouvez essayer sans payer
ANNONCE