L'ORDRE DU TRAVAIL

 

L’Ordre du Travail est le plus grand ordre de « chevalerie moderne » qui puisse exister, celui dont les membres chaque jour, dans l’anonymat, remplissent leurs devoirs d’état et contribuent ainsi au maintien et au développement d’une société de solidarité et d’équité.

Il ne s’exprime pas par de grandes cérémonies ou les membres portent des capes et des colliers mais uniquement par des moments de reconnaissance comme la satisfaction personnelle d’avoir contribué et fait épanouir pour le moins une famille. Toutefois, ils existent des moments plus officiels comme la remise de distinctions honorifiques. En effet, la  véritable chevalerie moderne n'est pas déterminée sous la forme d'une épée de combat bien dépassée aujourd'hui,  mais dans sa symbolique, c’est-à-dire à travers un engagement sociétal fort, forgé par un ensemble cohérent d’activités citoyennes inscrites dans le respect de la déontique, et réalisé avec probité, compétence et indépendance. Une symbolique de l’épée que nul mieux que Edmond Giscard, lors de la réception de son épée d’Académicien, n’a pu définir la définir : « Elle a servi jadis au combat, mais aujourd’hui elle sert surtout à incarner ce qui est irréfutable, ce avec quoi on ne transige pas. Elle est ce qui est droit, simple, direct, sans détours. Elle est la représentation de toutes les qualités qui nous obligent à penser juste…. »[1].

L’esprit chevaleresque prend donc naissance chez tout citoyen responsable, qui rempli l’ensemble de ses devoirs d’état, des plus humbles aux plus prestigieux.

 



[1] extrait de l’allocution prononcée par M. Jean Cazeneuve, vice-président de l’Académie des sciences morales et politiques de France, lors de la séance du 18 octobre 1982, à l’occasion du décès de Edmond Giscard d’Estaing, page 727/728, Revue des sciences morales et politiques, 137ème année, 1982, n° 4, ISBN n° 0751-5804.

----------- 

Une brochure existe en ligne :

http://www.emploi.belgique.be/publicationDefault.aspx?id=19390

Ne deviendront jamais chevaliers que ceux qui par leur dévouement et leur investissement graviront les différents grades des ordres nationaux qui font partie des Ordres de Mérite, c’est-à-dire qu’ils sont institués par l’Etat en faveur de tout citoyen.

Il y a trois Ordres nationaux.

  • L’Ordre de Léopold

Il a été institué par la loi du 11 juillet 1832, complétée par la loi du 28 décembre 1838 et les arrêtés royaux des 3 août 1832 et 16 mai 1839.
Il est le premier Ordre de chevalerie en Belgique, en importance et en ancienneté.
En général, il est remis à ceux qui, ayant une certaine position dans la vie, ont fait une longue carrière ou pour un mérite exceptionnel.

  • L’Ordre de la Couronne

Il a été institué par les décrets des 15 octobre 1897 et 25 juin 1898.
Il est octroyé en raison de mérites artistiques, littéraires, scientifiques, dans la sphère des intérêts commerciaux et industriels ou pour des services rendus au pays.

  • L’Ordre de Léopold II

Il a été institué par le décret du 24 août 1900.
Il a été incorporé dans le système belge d’ordres et décorations en 1908.
Il est conféré pour des actes de mérite envers le Roi ou la maison royale, ou en récompense d’un nombre d’années de service.

Ces Ordres sont organisés en grades de Chevalier, Officier, Commandeur et de Grand officier et en titres de Grand-croix dans les Ordres de Léopold II et de la Couronne, ainsi que de Grand cordon de l’Ordre de Léopold. Il y a aussi les Palmes et les Médailles.

Au fil du temps, les distinctions entre les Ordres ont quasiment disparu, mais ceux-ci constituent une hiérarchie combinée, au sein de laquelle se font les promotions. 

Claude JANSSENS, Membre de l'Ordre

Claude JANSSENS est membre de l'Ordre du Travail à divers titres :

Distinctions et reconnaissances officielles

Ordres nationaux : Officier de l’ordre de la Couronne (AR 21.05.2013, MB 18.06.2013, promu au 8.04.2013), Chevalier de l’ordre de Léopold pour service rendu à l’économie nationale (AR 28.01.2002, MB 04.04.2002, promu au 15.11.2001), Chevalier de l’ordre de Léopold II (1991), Médaille d’or de l’ordre de la Couronne (1998/2013 : AR 08.12.1998, MB 15.05.2001)

Distinctions honorifiques du Travail : Médaille d’or du Travail (Ag : 1987, Or : 1992), Titre et Insigne d’honneur d’or de Lauréat du Travail (or: 1997, Ag: 1991, Bz : AR 29.04.1983)

Dignité : Doyen d’honneur du Travail des professions comptables et fiscales (2006/2012: AR 29.03.2006 - MB 18.04.2006)

Magistrature : Juge consulaire {(2004/2007: AR 08.10.2004 - MB 21.10.2004), (2007/2012: AR 19.07.2007 - MB 08.08.2007), (2012/2014 : AR 15.06.2012)}, Juge consulaire suppléant {(2014/2017: OP 08.07.2014), (2017/2018: OP 30.03.2017 - MB 04.08.2017)}

Honorariat et Eméritat : Juge consulaire honoraire (AR 29.06.2015, effet au 26.10.2014), Doyen d’honneur du Travail émérite des professions comptables et fiscales (2012).

 * Sur proposition du Ministre de la Justice, du Ministre de l’Economie et des Consommateurs et du Ministre des Classes Moyennes, des Indépendants, des PME et de l’Agriculture, Sa Majesté le Roi Phillipe a autorisé Claude JANSSENS à porter le titre honorifique de ses fonctions de Juge consulaire avec effet rétroactif au 26.10.2014.

Titres académiques : Licencié (> master 120 *) en sciences économiques appliquées (1986), Candidat en sciences économiques appliquées (1982)


* Arrêté du Gouvernement de la Communauté française fixant la liste de correspondance entre les anciens et nouveaux grades académiques A.Gt 19-05-2004 M.B. 27-07-2004, -  FWEG SC/RE/17/127 équivalent au moins au Master 120. 

 

Fonctions académiques : Chargé d’enseignement (UMH 1994/1996), Doctorant (1996/1997)   

Profession libérale : Expert-comptable* (1987/2012), Expert-comptable pensionné* (2012/2014)

   *  Cessation des activités professionnelles nécessitant le titre d’expert-comptable en date du 21.09.2012 (pension) et, dans le cadre de ses activités d’acteur de la société civile, le  21.05.2014 (dernier mandat). Renonciation officielle en date du 21.05.2014.   

Chargé d’enseignement enseignement supérieur* : Ephec (2004/2006).

   *  et membre du Conseil des Etudes chargé de délivrer le diplôme de Post gradué(e) en expertise comptable et en conseil fiscal auprès de l’EPHEC Bruxelles (2004).

Armoiries familiales : OGHB 1980, Marques Benelux 049067/02 06 1983, 11,00. Arrêté  d'enregistrement du 15.04.2015, MB du 28.05.2015, 2015029235, diplôme d'armoiries du 10.10.2016*.

Autres distinctions et reconnaissances :

 

Cercles distinctifs : Membre du Carnet Mondain (1994/), Mensa.be - The High IQ Society of Belgium (1989), Maître des Métiers (1997/), Analyste financier (ABAF 1990)

Jury de TFE - graduat et bachelor : HEAJ ECO CG Tamines/Namur – président (2006/2017), EPHEC Bruxelles (1985).

Fonctions socioprofessionnelles : Président du CPET S35F (2015/), Secrétaire du Comité de la fête patronymique de la saint Matthieu depuis 2004.

Fonctions associatives : Gérant bénévole du BCI (2013/), Social laird of Lochaber

Médailles sociétaires : Chevalier de l'ordre de la Croix belge (SRPMDB : 2017), Médaille sociétaire de la Belgique couronnée (SRPMDB : 2019).

Honorariat socioprofessionnelVice-président Rôle honoraire du CMCF BS (2003/2016, 2016)

Honorariat associatif : Président honoraire de l'Unicef/Basse-Sambre (1965/1974, 1975). 

 

Projet d’un ordre du Travail, 1957

Dans l’intention d’élever les doyens d’honneur du travail dans un ordre du mérite, selon les services rendus à la cause du travail, le commissariat général du gouvernement avait proposé au législateur, en 1957, la création d’un ordre du Travail, qui aurait pu récompenser par promotion, cette élite de la nation.

Ce projet est resté sans suite, mais les modèles des insignes ont été conservés, en un seul exemplaire, au siège du commissariat général.

L’ordre devait comprendre les grades de chevalier, officier et commandeurs, suivis de trois classes de grandes étoiles ou plaques de grands officiers.

Le chevalier porterait la décoration à un ruban sur la poitrine, l’officier de même, mais le ruban serait orné d’une rosette, tandis que les commandeurs porterait le ruban au cou.

Le ruban aurait 37 mm de largeur et serait surchargé de la lettre E, initiale d’Elisabeth, en bronze, argent ou vermeil selon la classe de la médaille et surmontée d’une petite couronne royale stylisée. Le ruban serait divisé comme suit : noir (3,5mm), jaune (5mm), rouge (20mm), jaune (5mm), noir (3,5mm).

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123website.be
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

12.09 | 22:53
I. JANSSENS CLAUDE a reçu 20
09.09 | 20:43
L'EXPERT a reçu 5
13.08 | 12:19
01.08 | 11:42
OIGNIES a reçu 6
Vous aimez cette page
Bonjour !
Créez votre site web tout comme moi! C'est facile et vous pouvez essayer sans payer
ANNONCE