EXTRAITS DE L'HISTOIRE DU PAYS D'AISEAU

Activité de Claude JANSSENS, LSEA,

Généalogiste & Héraldiste amateur

Introduction

 

Dans la présente rubrique s’inscrit divers aspects de l’histoire de la terre, pays, marquisat, commune et entité d’Aiseau, les éléments repris relèvent de sources scientifiques et/ou d’ouvrages considérés comme références.

 

Sans décrire le parcours de ma quête, je dois mon intérêt pour l’histoire d’Aiseau à Monsieur Edmond BIERWART, le grand-père de Jean-Marie qui fut un de nos anciens édiles communaux, et à l’ouvrage de Désiré LAURENT*, un brillant autodidacte, ainsi qu’à l’histoire des institutions qui m’a ouvert la voie vers l’héraldique.

 

(*) Notice sur la Commune d'Aiseau" - 1910 - Charleroi - Imprimerie D. Hallet,3, rue Charles II (Montagne). 

 

L'ensemble de ces extraits ne formeront  pas un ouvrage d'histoire, loin de là, il s'agit uniquement de points qui m'ont particulièrement intéressés comme, par exemple,  l’héraldique à Aiseau.

Il s'agit actuellement des points suvants :

 a) Les armoiries portées ou ayant été portées à Aiseau : AISEAU-PRESLES

b) Oignies dont l’histoire du prieuré saint Nicolas à Oignies : OIGNIES

c)  La Respe : LA RESPE

d) Le chemin dit du Roton : CHEMIN DU ROTON

Ainsi que la présente page !

Les pierres armoriées à Aiseau

Jean BRANT VI

Cette pierre tombale est celle de Jean BRANT VI et de son épouse Catherine de CELLES elle resta fixée sur le mur latéral droit de l’église saint Martin à Aiseau, près de l’autel, jusqu’en 1970.

On pouvait y lire « Ichi gist noble homme Jehan BRANT en son temps seigneur daiseau qui trepassa le XXIX jour de septembre lan XVe LXI avecqz le dit signeu Aussi dame daiseau qui trepassa ….. doctobre la...n XVC LVIII Priez Dieu po… leurs »

Après l’effondrement du clocher sur le toit de la nef de l’église cette pierre en relativement bon état est restée couchée dans un poulailler situé derrière ce qui avait été le chœur de l’église pour y subir les affres du temps et des déjections de basse-cours.

Elle fut sauvée à l’intervention de Monsieur Yves Christian Marie de Prelle de la Nieppe, Ecuyer, Magistrat à Nivelles, à qui j’avais écrit pour lui signaler la situation de la pierre tombale de ses ancêtres Charles de Presle, dit Compère, et Antoine de Presles, qui aujourd'hui est également sur le site de la nouvelle église saint Martin à Aiseau.
 
Voici un dessin repris de la généalogie des Beaufort-Spontin et faisant apparaître une partie des la pierre de Jean BRANT VI et de son épouse Catherine de Celles.

 Je vais donc essayer, en fonction de mes modestes connaissances, de vous présenter les armes que l’on voit sur cette pierre et donc dans l’ordre de gauche ...à droite : BRANT, BRANT et BOURLEZ, soit les armes du père du défunt, de lui-même et de sa grand-mère*, et ensuite CELLES, Catherine de CELLES au parti BRANT et CELLES, et COTEREAU, soit les armes du père de l’épouse, les siennes et celles de sa mère. Catherine de Celles était la fille de Louis de CELLES et de Marguerite de COTEREAU, fille de Jean de Cotereau, Chevalier, seigneur de Puisieux, Baron de Jauche.
 
Les armes de Cottereau sont d'azur au chevron d’argent, accompagné de trois coqs d’or, barbelés, membrés, crêtés et becqués de gueules.

 

Adrien BRANT

Cette pierre tombale est celle d’Adrien BRANT et de son épouse Antoinette de BOUSSU, elle resta fixée sur le mur latéral gauche de l’église saint Martin à Aiseau, près de l’autel, jusqu’en 1970.

On pouvait y lire « Ichi gist noble homme Adrien BRANT en son temps signeur daiseau qui trepassat le XIX jour de février lan XVe et XXX, avecqz le dit signe. Aussi dame daiseau qui trepassat le 1 jour d...aoust lan XVe XXXVIII. Priez pour leurs ames »

Après l’effondrement du clocher sur le toit de la nef de l’église cette pierre cassée en plusieurs morceaux est restée couché dans un poulailler situé derrière ce qui avait été le chœur de l’église pour y subir les affres du temps et des déjections de basse-cours.

Les armes encore visibles sont BRANT, famille paternelle, les armoiries d'Adrien BRANT, les armes de sa famille maternelle ou grand maternelle, les BOUSSU, armes paternelles de son épouse, les armoiries partie BRANT/BOUSSU de celles-ci et les armes des BERLAYMONT.

Blanc pour mise à jour !

Charles de PRESLE ou PRELLE dit COMPERE

Etat de la pierre tombale probablement antérieurement aux années 70 (???). Les inscriptions sont visibles.

Trois membres de cette très anciennes familles furent baillis de la seigneurerie d'Aiseau, à savoir :

 

Charles de Prelle dit Compère [](1558-1608), écuyer[], gentilhomme à la suite de Charles de Gavre et [] bailly de son  marquisat d'Aiseau. Il était l’époux d’Anne de Lannoy[, ] fille de Jean de Lannoy et de Yolande de Hembise.

 

Antoine de Prelle dit Compère [](† 1644), fils du précédent, écuyer, bailly du marquisat d'Aiseau. Il épousa Marguerite le Sire, de Gougnies[], fille de François le Sire, écuyer[], seigneur de Gougnies et de Gerpinnes, capitaine d'infanterie au service de Sa Majesté et de Isabeau de Hoves[][], dame d'Audierbois.

 

 Emmanuel-François de Prelle dit Compère (1629-1700), écuyer, licencié ès-lois, bailly de la terre et marquisat d'Aiseau, 1er juré de la ville de Nivelles. Il épousa Bernardine Rauvoet (1633-1695), fille de Jean Rauvoet et d'Élisabeth Bonbacque.

Suivant Fichefat, Histoire du Marquisat et de la Commune d'Aiseau, 1977, page 81, cette famille aurait construit la ferme de la Grande Hayette en 1623.

 

Mon frère Louis et moi-même, au début des années 80, avions reconnus cette pierre laissée dans un état lamentable sur le bord de l'ancien sentier jouxtant l'église saint Martin détruite. Nous dirons que c'est le principe de continuité du désintérêt des autorités communales d'Aiseau pour la sauvegarde du patrimoine

Offusqué par ce gâchis patrimonial, j'avais écrit à Monsieur Yves Christian Marie de Prelle de la Nieppe, Ecuyer, Magistrat à Nivelles, pour lui signaler la situation de la pierre tombale de ses ancêtres Charles de Presle, dit Compère, et Antoine de Presles. Aujourd'hui, cette pierre est sur le site de la nouvelle église saint Martin à Aiseau. C'est grâce à l'intervention de ce descendant de Charles de Presles ou de Prelle, que cette pierre et celle de Jean BRANT VI ont pu être sauvées. Il est dommage que l'on ait pas pu placer ces pierres dans la nouvelle église, ce n'est pas faute de l'avoir demandé. Correspondance de l'OJA ASBL du premier trimestre 1984.

Vue sur les armoiries :